mardi 30 avril 2013

Dali et Iberia

"Pastor de Ampurdán" et  "La Sirena alada de la Costa Brava"

El Museo Reina Sofía de Madrid ofrece una exposición sobre Dalí, que incluye un vídeo sobre el artista catalán pintando para la aerolínea Iberia.
   Dalí creó en 1972 dos cuadros para Iberia, que volaron en los míticos aviones DC-10 de la compañía. Los cuadros que Dalí pintó para la aerolínea en 1972 son 'Pastor del Ampurdán' y 'Sirena Alada de la Costa Brava'. Se pintaron sobre un vinilo con pinturas que contenían ese mismo material.
   Según el propio artista, 'Pastor del Ampurdán' es la plasmación de una antigua leyenda: los amores de un pastorcillo con una sirena, cuyo fruto fue la comarca del Ampurdán.
   Los cuadros de Dalí volaron en el primer avión DC-10 que Iberia incorporó a su flota en marzo de 1973, y que llevaba el nombre de 'Costa Brava'. Aterrizó por primera vez en España en el aeropuerto de Gerona, en vuelo directo desde EEUU y pilotado por el comandante Carlos Moreno.

Une exposition Dali au Musée Reina Sofia de Madrid, 
avec deux tableaux  "Pastor del Ampurdán" et "Sirena Alada de la Costa Brava",  
créés par Dali en 1972 pour la compagnie Iberia.

3 faucons pèlerins à Paris

 Trois faucons pèlerins viennent de naître à Paris, une première depuis la fin du XIXe siècle pour cet oiseau qui a frôlé l’extinction en France, selon la Ligue de Protection des oiseaux (LPO).

Le 25 avril au matin, deux œufs ont éclos, et un troisième quelques jours plus tard, au sommet de la grande cheminée Beaugrenelle de chauffage urbain, de 130 m de haut, dans le XVe arrondissement de Paris, à quelques centaines de mètres de la Tour Eiffel.
Le couple de faucons qui a donné naissance à ces trois pèlerins avait été repéré pour la première fois à l’automne 2011 sur la fameuse cheminée, mais n’avait pas niché avant qu’un espace adapté ait été confectionné.
« La nature reprend sa place »
Cette naissance « vient nous envoyer un signal : quand on s’applique, la nature peut reprendre sa place en ville », se réjouit Antoine Cadi, responsable de la LPO, qui rappelle que le faucon pèlerin a failli disparaître dans les années 1970, en raison de l’utilisation massive des pesticides.
« Grâce aux efforts déployés, l’espèce recolonise désormais progressivement ses territoires autrefois occupés », notamment les villes « où il trouve une alimentation abondante ».
pour suivre leur évolution  >>>LPO : suivi par webcam

et pour les lecteurs de Belgique, un site consacré aux faucons pèlerins 
de la cathédrale des Saints Michel et Gudule, à Bruxelles

Dromad'Air

après plusieurs heures d'attente....à l'enregistrement...



Enfin prêt pour le décollage........


DHL révèle les demandes de livraison les plus curieuses en Afrique.

Abidjan – Une société de logistique qui achemine le courrier entre les différents pays dans des délais préétablis, DHL, révèle des demandes de livraison les plus curieuses en Afrique, apprend-on d’un communiqué de l’Organisation de la Presse Africaine (OPA) rendu public, lundi. 

Sur l’année écoulée, le directeur marketing pour DHL Express en Afrique subsaharienne, Sumesh Rahavendra affirme que l’augmentation des demandes de transport de divers animaux menacés mérite d’être signalée, ainsi que certaines demandes personnelles de clients.

Ainsi, l’on apprend qu’au cours des 20 dernières années, il est de plus en plus courant de transporter à travers le continent des « colis » comprenant des animaux vivants, des aliments spécialement cuisinés ou des médicaments d’importance vitale. 
« Un moment marquant en 2012 a été le déplacement de trois rhinocéros noirs menacés du Royaume-Uni jusqu’au parc national du Kilimanjaro en Tanzanie. Le voyage de 10 heures de l’aéroport britannique de Manston jusqu’en Tanzanie, avec une escale de ravitaillement en Italie, s’est déroulé à bord d’un Boeing 757 spécialement aménagé », indique M. Rahavendra. À l’échelle mondiale, DHL a aussi récemment livré deux tigres de Sumatra, l’un aux États-Unis et le deuxième en Australie, afin de participer à un programme international de reproduction. 

Outre les demandes susvisées, DHL a également reçu récemment plusieurs requêtes personnelles étonnantes. L’une est venue du Nigeria, où un client a payé le prix d’un billet d’avion pour voyager avec un gâteau d’anniversaire d’Abuja à Lagos. « Le montant du billet s’élevait à environ trois fois la valeur du gâteau. Le client a particulièrement mis l’accent sur le besoin de livrer le gâteau durant une période particulière de la journée, et était prêt à payer pour cela », note le texte. 

En 2012, un dîner entièrement préparé de cinq plats pour huit personnes pour une fonction au Zimbabwe a été transporté. Cela s’expliquait par le fait que certains aliments n’étaient pas disponibles dans ce dernier pays. 

La société transporte également régulièrement divers types de matériel médical, en utilisant des produits et des processus spécialisés pour assurer leur viabilité. « Nous assistons à un besoin de transport transfrontalier et continental accru pour des articles tels que des échantillons de tissus rares, des équipements médicaux d’urgence ou des organes », explique M. Rahavendra qui précise que la société dispose d’une équipe dédiée qui gère ces types de cargaison. 
Il explique que bien que la société ait répondu à beaucoup de demandes surprenantes et qu’elle transporte tout type de marchandises, allant des lions à des foies, il existe, toutefois, certaines restrictions régissant le transport express mondial. 

« Nous travaillons avec les douanes et les autorités dans plus de 220 pays dans le monde entier, et chacune d’entre elles applique des régulations différentes concernant les produits que vous pouvez importer et exporter, et des restrictions associées à certains articles », explique-t-il. 

« Cela signifie que nous ne pouvons transporter n’importe quoi à n'importe quel prix, et que nous sommes soumis à des restrictions sur des articles tels que les bijoux, les métaux précieux, les armes à feu, ainsi qu’à des embargos spécifiques sur des produits dans certains pays ». De telles restrictions s’appliquent également en vigueur pour protéger le réseau de la société et les civils en général. 
Le réseau propre DHL compte 250 avions et plus de 30 000 véhicules pour acheminer des expéditions. La société a aussi parfois recours à des avions commerciaux qui transportent des passagers.
http://news.abidjan.net/h/457640.html

Faut-il avoir une taille mannequin pour voyager en avion ???

Apparemment......


Un Américain a porté plainte contre la compagnie aérienne Southwest Airlines après avoir été expulsé d'un avion à cause de son surpoids.


Selon le New York Daily News, Matthew Harper, un Américain de 34 ans, venait de monter à bord d'un avion qui faisait la liaison Chicago-Denver ce dimanche, lorsqu'un steward l'a interpellé. "Il m'a dit que le vol était complet et que je devais quitter l'avion", explique-t-il. "Il y avait un siège vide entre mon frère et moi", précise l'homme qui confie peser 154 kilos.

"Ils m'ont sorti de l'avion devant tous les passagers", poursuit-il. Et selon  lui, ce n'est qu'une fois dehors qu'on aurait abordé la question de son poids. "On m'a demandé si j'étais au courant de la politique de la compagnie aérienne concernant les personnes en surpoids et selon laquelle les passagers corpulents doivent payer une seconde place d'avion.

"On m'a humilié"
Après de longues minutes de discussion, Matthew Harper a finalement pu regagner son siège. Mais le trentenaire affirme avoir très mal vécu cette humiliation. "Je me suis senti comme un criminel", explique-t-il.
"De toute ma vie, jamais je n'avais été humilié de la sorte ... Quand je suis revenu dans l'avion, la seule chose que je pouvais faire c'était marcher tête baissée".

Southwest Airlines a présenté ses excuses à Matthew. "Nous regrettons sincèrement la peine occasionnée à monsieur Harper", a déclaré le porte-parole de Southwest, Chris Mainz. "Il est important de préciser que nous ne lui avons pas refusé l'embarquement. Notre personnel a simplement souhaité l'informer de la politique en la matière". La compagnie aérienne lui a également proposé la somme de 100 dolars (soit environ 76 euros) en guise de dédommagement. Mais Matthew a préféré décliner l'offre et porter l'affaire en justice.


lundi 29 avril 2013

Virgin Galactic's SpaceShipTwo



Aux mains de  Mark Stucky et Mike Alsbury, 
tous les deux pilotes d'essai pour Scaled Composites,
1er vol supersonique pour le Virgin Galactic SpaceShipTwo

Amené par son avion nourrice WhiteKnightTwo et lâché à 46 000 pieds, 
l'engin a atteint l'altitude de 56 000 pieds et Mach 1,2 
après avoir allumé son moteur pendant 16 secondes.




Canadair... pour les petits et les grands

quelques feux à éteindre... sur des gâteaux d'anniversaire!

gracias Heli3

dimanche 28 avril 2013

Temps de pluie depuis un avion.

A quoi ressemble un phénomène pluvieux quand on l’observe depuis un avion ?  Réponse en image.

Il arrive régulièrement lorsque l’on est au volant de sa voiture par temps pluvieux que la pluie cesse subitement de tomber. Plus de gouttes sur le pare-brise, visibilité de nouveau confortable. Si ce phénomène vous est encore, à votre âge, totalement incompréhensible, regardez la photo suivante.



Elle a été prise, comme on le devine, depuis un avion. On y voit, comme dans les dessins animés, un nuage bien chargé se vider. Il ne pleut que sur une zone limitée géographiquement. Fascinant, non ?
http://www.al-kanz.org/2013/04/16/pluie-avion/

INSOLITE : Un supermarché vend des hélicoptères....

« Vous cherchez les hélicoptères ? Ils sont rangés là, derrière les yaourts… » Après tout, pourquoi ne pourrait-on pas acheter un hélico au supermarché ?




Sur des terrains agricoles en partie transformés en piste d'atterrissage sont alignés des hélicoptères et des petits avions rutilants, qui valent des millions de dollars : Pékin compte désormais son premier « supermarché » destiné aux super-riches qui veulent voler.
Vendre des avions, c’est comme vendre des choux
« Vendre des avions en Chine est aussi facile que de vendre des choux », affirme Zhang Changyi, un des vendeurs, debout à côté d'un hélicoptère importé de France.

Ce site insolite, qui a ouvert il y a quelques jours, est géré par un aéroclub pékinois. On y propose toute une gamme d'aéronefs destinés aux dirigeants d'entreprise ou à des membres de la jet-set chinoise qui rêvent de s'extirper des embouteillages congestionnant les autoroutes du pays. « Nous avons vendu trois avions ces quatre derniers jours », se félicite M. Zhang, en faisant visiter son entrepôt rempli de planeurs et d'avions légers.
« Nos clients types sont des chefs de grandes entreprises cotées en bourse », dit-il. Certains des modèles proposés coûtent 50 millions de yuans (6,3 millions d'euros).

Les infrastructures du « concessionnaire » sont encore rudimentaires, malgré la fortune des clients : pas de tour de contrôle moderne mais une piste herbeuse, bordée par un tracteur et des clapiers à lapins.
Et le ciel de la Chine s’ouvrit... un peu
Après des années au cours desquelles les riches Chinois et les avionneurs étrangers ont piaffé d'impatience, le ciel de la Chine s'ouvre petit à petit aux vols privés, présageant un essor en flèche du secteur. Le pays compte très peu d'avions légers et d'hélicoptères par rapport à son immense territoire et son économie florissante.

Mais l'espace aérien de la Chine – troisième plus vaste pays de la planète – reste encore sous le contrôle étroit des militaires. Et l'assouplissement des restrictions imposées par l'Armée populaire de libération et la libéralisation ne progressent pas à la vitesse souhaitée par beaucoup.

« Je reçois des appels de sociétés aériennes étrangères presque tous les jours, ils ont très envie de vendre en Chine », explique Zhang Changyi. De fait, face aux difficultés qui existent encore pour obtenir des autorités l'approbation d'un plan de vol privé, des pilotes amateurs choisissent de voler clandestinement, une pratique connue en Chine sous l'expression de « vols noirs ».

Ils risquent, pour enfreindre les règles, des amendes de 10 000 à 100 000 yuans (soit 1250 à 12 500 euros). « Si je suis condamné à payer une amende, alors je paierai », confie Dai Xiang, un homme d'affaires de 43 ans originaire de la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine), qui vient de s'acheter un avion biplace importé de Slovénie.

Il s'attend à voir bientôt la fin des vols noirs. « Les règlements sur les vols de basse altitude s'assouplissent de plus en plus et j'espère que cela va continuer », déclare-t-il à l'AFP. Les autorités vont lever l'interdiction de voler à basse altitude dans sept villes pilotes à partir de cette année, a rapporté la presse officielle chinoise.
Problème quand l’hélicoptère est importé d’Ukraine
M. Zhang précise que ses clients peuvent voler dans une zone de quatre kilomètres autour du lieu de vente, à une altitude ne dépassant pas 500 mètres, en vertu d'un accord passé avec une base locale de l'armée de l'air.
« Nous savons tous que le ciel doit s'ouvrir, mais certains ministères sont réticents », souligne un pilote vêtu d'un uniforme sombre et arborant des lunettes d'aviateur, qui souhaite demeurer anonyme en raison de ses liens avec l'armée.

« Cela s'ouvre de plus en plus, c'est une tendance irréversible », tempère-t-il, avant de monter dans un hélicoptère vert flambant neuf et de prendre l'air pour un vol d'essai.

Parmi les autres défis à relever par le « supermarché » figurent les problèmes de langue : les avions importés sont rarement pourvus d'un mode d'emploi en chinois. « Le manuel d'instruction est en russe », déplore ainsi un pilote au sujet d'un hélicoptère récemment arrivé d'Ukraine. « Je n'en comprends pas un traître mot. »

vendredi 26 avril 2013

Happy End : Dietmar Eckell

Happy End  is a photo-project about miracles in aviation history - 15 airplanes that had forced landings but ALL on board survived and were rescued from the remote locations. 
15 avions qui ont fait des atterrissages forcés, sans perte de vies humaines

le site de Dietmar Eckell

jeudi 25 avril 2013

Solar Impulse Across America 2013

Solar Impulse HB-SIA,  au dessus du Golden Gate Bridge à San Francisco
une série de vols expérimentaux au départ de Moffett Field

Bulles d'Air, l'expo de BD dans l'Armée de l'Air


L’exposition «Bulles d’air» a été officiellement présentée, lundi 22 avril 2013, au général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, dans l’enceinte de la base aérienne 117 de Paris-Balard.
Pour l’occasion, Albert Uderzo, dessinateur des tous premiers épisodes de Tanguy et Laverdure, et Philippe Charlier, fils du scénariste de cette série, étaient reçus à Balard, ainsi que le dessinateur de Team Rafale, Michel Lourenço.



Initiée fin 2012, l’exposition «Bulles d’air» présente l’histoire de la bande dessinée (BD) dans l’armée de l’air, à travers des reproductions de planches originales. Ce nouveau vecteur de communication cible plus particulièrement les jeunes grâce à l’attrait de l’univers de la BD.
Après quelques semaines à Balard, «Bulles d’air» rejoindra ensuite à travers la France, «Des ailes et des hommes», l’exposition de prestige du service d’information et de relations publiques de l'armée de l'air (Sirpa air). 
Prochaine étape: Salon-de-Provence le week-end du 25 et 26 mai pour les 60 ans de la Patrouille de France !
Plus d’informations sur «Bulles d’air» : http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/bulles-d-air-au-meeting-de-lens

mercredi 24 avril 2013

à vos pinceaux pour le Boeing B747-8

après avoir coché la case d'acceptation des conditions générales, 
un Boeing B747 tout blanc est à votre disposition, pour lui donner les couleurs de votre choix.

Virgin America : offrez un verre

Avec le service Red Inflight Amenities, vous pouvez offrir une boisson à une personne de votre choix, dans un avion de Virgin America
Depuis l'écran de l'IFE, vous sélectionnez la boisson et le numéro du siège de la passagère ou du passager, à qui vous souhaitez faire plaisir.




Seat-to-Seat Delivery
Treat a travel companion or break the ice by sending a drink, meal, or snack to another seat with our Red touch screen entertainment system. Just browse our in-flight menus, select who’s having one on you, make your order, and we’ll deliver it directly to your guest of choice.

à consommer avec modération..., bien sûr.

St Martin - National Geographic


Singapore Airlines : tempête autour du maquillage


La compagnie aérienne Singapore Airlines a beau préparer les futurs sièges de classe Affaires ou la mise à jour de ses salons d’aéroport, la presse locale ne parle que d’une chose : le changement de maquillage de ses hôtesses de l’air, les fameuses Singapore Girls.

A en croire le quotidien Straits Times du 2 avril 2013, ce changement – le premier en dix ans -n’a pourtant entrainé que la disparition du fard à paupières bleu vif, le reste du maquillage étant de teintes plus « subtiles ». Il cite d’ailleurs le chef du personnel navigant commercial de la compagnie nationale singapourienne Marvin Tan, selon qui « il a été tenu compte de l’avis des passagers, qui trouvaient les couleurs précédentes un poil trop fortes ». Singapore Airlines s’est donc attachée à trouver avec son « partenaire de soins de beautéLancôme » un look « plus subtil et  plus moderne ». Ce dernier souligne qu’il ne s’agit pas seulement de teintes mais aussi de « techniques d’application et de mélange »…

Le changement ne semble pas avoir entamé l’amour éperdu du journaliste, pour qui la Singapore Girl au statut d’icône reste « immaculée dans son kebaya moulant et sa coiffe parfaite », mais il arrive tout de même à préciser que les couleurs du maquillage, même moins éclatantes, continueront à accompagner celles de l’uniforme : bleu pour une simple hôtesse, vert pour une « leading stewardess », prune pour les chefs et bourgogne pour les superviseurs.
Et la compagnie de Star Alliance ne laisse rien au hasard : les hôtesses disposent à l’aéroport Changi d’un nouveau salon dans le terminal 3, dédié à la retouche de dernière minute du maquillage. Peut-être son classement « cinq étoiles » par Skytrax tient à ce genre de détail…

Quels sont les sièges favoris à bord des 747 de British Airways ?


Une étude de British Airways révèle les sièges les plus populaires sur les B747-400. Et contrairement à ce qu’on pense, ce n’est pas toujours devant.
Les quatre paires de sièges 51B/51C, 52B/52C, 51H/51J et 52 H/52J, situés à l’arrière de la cabine des JumboJets en classe éco sont les plus souvent choisies lors des réservations. L’explication est simple : les couples les plébiscitent au détriment des autres rangées de quatre sièges pour ne pas avoir de voisin à leur côté. Les sièges avec hublots permettant de regarder le paysage vue d’en haut, sont aussi préférés (de 6 %) auxsièges couloirs, qui eux ont l’avantage de laisser son occupant se lever facilement pour se dégourdir les jambes, sans pour autant déranger son ou ses voisins.

Autre curieuse constatation : les passagers préfèrent légèrement (pour 54 % d’entre eux) le côté droit de l’avion sans qu’une explication plausible ait été avancée.
En première classe, les sièges plébiscités sont en revanche à l’avant (1A et 1K) et à l’arrière pour la classe affaire 62A, 62K, 64A, 64K. Une étude similaire de Skyscanner l’année dernière avait pareillement montré que les sièges près des hublots étaient préférés. Mais l’étude avait aussi démontré que les passagers préféraient être à l’avant de la cabine, bien sûr pour pouvoir en partir en premier une fois avoir atterri, ou pour être servi en premier du plateau repas et autres collations.
British Airways possède une très large flotte de B747-400 (57 selon son site Internet).

lundi 22 avril 2013

CORSAIR INTERNATIONAL ORLY/POINTE A PITRE...

Quelques photos prises de mon téléphone (veuillez m'excuser de la qualité).

Le 07/04/13 ORLY. F-HSUN..


Toujours le 07/04/13 Mais à Pointe à Pitre....F-GTUI..


Le 19/04/13 Pointe à Pitre / F-GLOV. pour le retour (Orly).


samedi 20 avril 2013

uniformes de Qantas

les nouveaux uniformes de QANTAS, dessinés par Martin Grant
et leur évolution à travers le temps >>> galerie

Une centenaire : la Force Aérienne Belge

 
La composante Air de l'armée célèbre mardi, mais en toute discrétion, le 100ème anniversaire de la création de son ancêtre, la "compagnie des aviateurs", creuset de l'aviation militaire belge, moins de dix ans après le premier vol motorisé des frères Wilbur et Orville Wright, le 17 décembre 1903.

Aucun événement public n'est en effet prévu pour marquer le centenaire de la signature, le 16 avril 1913, par le roi Albert d'un arrêté royal prévoyant la mise sur pied de cette "compagnie des aviateurs" et d'une école de pilotage, a-t-on indiqué de source militaire.

L'histoire de l'aviation militaire belge commence en 1910 lorsque le ministre de la Guerre de l'époque, le général Joseph Hellebaut, décide, après un baptême l'air, d'acquérir des "aéroplanes". En mars 1911, le premier aérodrome militaire en Belgique s'installe à Brasschaat, au nord d'Anvers - il a fermé ses portes en juin 2006 - sous l'appellation de "School Militaire Luchtvaart - Ecole d'Aviation militaire", disposant de deux biplans de bois et de toile, un Farman Extra Course et un Aviator n°2.

Un premier Farman type 1910 est livré le 5 mai 1911, suivi d'un second le 24 mai et de deux autres en août de la même année.

Mais il faut attendre le 16 avril 1913 pour voir naître la compagnie des aviateurs, qui disposait de 22 appareils en août 1914, lors du déclenchement de la première Guerre mondiale, et venait en complément de la compagnie d'aérostiers, créée en 1887 à Brasschaat et équipée de ballons pour l'observation des mouvements des troupes ennemies.

Dès la fin de l'année 1912, le commandant Emile Mathieu avait couché sur papier des propositions pour donner une place à l'aviation au sein de l'armée. Il proposait la création d'une compagnie d'aviateurs avec quatre escadrilles, s'inspirant des exemples français - l'"Aviation militaire" - et allemand avec ses "Fliegertruppen".

En juillet 1913, la firme anversoise Bollekens (à l'origine une menuiserie qui devient ensuite un constructeur aéronautique) fournit une première série de Henri Farman H.F.20 pour la compagnie des aviateurs. Deux escadrilles sont ainsi complètement équipées pour le 25 août 1913, afin de participer aux premières grandes manoeuvres d'automne dans la région, d'une importance stratégique à l'époque, d'entre-Sambre-et-Meuse.

A la veille de la première Guerre mondiale, le constructeur anversois passe sous contrôle militaire. La firme reçoit la mission de fournir le plus rapidement possible des Henri Farman H.F.20 pour les deux autres escadrilles. La compagnie des aviateurs compte à cette époque sur 37 pilotes et observateurs dont certains n'ont reçu que quelques heures de formation. Leur effectif est complété par huit pilotes civils appelés qui emmènent leurs propres avions ou reçoivent des avions civils réquisitionnés.

Le 3 octobre 1914 décollent de Brasschaat les premiers avions de la compagnie des aviateurs afin d'effectuer des vols de reconnaissance au-dessus des territoires belge et allemand. Durant les premiers mois de la guerre, la plupart des fragiles biplans sont perdus, davantage en raison de pannes techniques et d'accidents que d'actions ennemies.

A la fin du conflit, en novembre 1918, la Belgique dispose d'environ 200 avions répartis en douze escadrilles, dont une escadrille d'hydravions. Ils effectuent des vols de reconnaissance et d'observation mais aussi des missions de chasse et de bombardement. Les écoles de pilotage, alors situées en France, ont formé environ 250 pilotes durant la "grande Guerre". Ensemble, avec les 37 pilotes d'avant-guerre de la compagnie des aviateurs, ils obtiennent 125 victoires dans les airs contre des avions et ballons ennemis.

Entre-temps, la compagnie des aviateurs était devenue le 20 mars 1915 l'Aviation militaire belge, une dénomination conservée jusqu'à la seconde Guerre mondiale.

Après-guerre, le gouvernement revenu d'exil à Londres décrète que les unités belges ayant combattu au sein de la Royal Air Force (RAF) britannique formeront à dater du 15 octobre 1946 une aviation militaire autonome, indépendante de la Force terrestre. Elle reçoit officiellement la dénomination de "Force aérienne" le 15 janvier 1949.

Aujourd'hui, cette appellation existe toujours. Mais elle regroupe le personnel porteur de l'uniforme bleu hérité de la RAF. Car son noyau opérationnel est, après l'instauration de la "structure unique" qui chapeaute les forces armées belges depuis le 1er janvier 2001, devenu la Composante Air.
info 7sur7.be

mardi 16 avril 2013

Les 100 ans de la Cocotte


Vendredi 12 avril 2013, l’escadron de reconnaissance 2/33 «Savoie» a organisé une journée de traditions sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan afin de célébrer le centenaire de l’escadrille BR11 «Cocotte» et les 30 ans du Mirage F1....
... Un Mirage F1 CR, un Mirage F1 B, un Bréguet XIV, un Fouga Magister et un Marchetti belge, des avions ayant marqué l’histoire de l’escadrille ont été mis en place sur le taxiway, devant les troupes en section. La cérémonie a été clôturée par un défilé aérien de quatre Mirage F1 CR.

jeudi 11 avril 2013

les 60 ans d'Air France en Colombie

Air France est la compagnie aérienne qui a assuré la présence la plus continue en Colombie, depuis sa création.
Elle a été la première à relier l'Europe et la région andine et à assurer le premier atterrissage en 1958 sur l'aéroport Eldorado, tout juste inauguré.


vidéo du départ d'Orly du F-BBDU, en présence de Jacqueline Auriol

C'est un Lockheed Constellation qui a assuré la liaison Paris – Caracas – Bogotá le 11 janvier 1953. au départ d'Orly– Lisbonne  – Santa María aux Açores – Fort de France – Caracas (deux jours d'escale) – arrivée à Bogotá le 14 janvier.


Le Constellation, en version “Première” avec 48 sièges-couchettes, volait à 6000 mètres et 450 Km/h et parcourait les 8626 Km de la routa Paris-Caracas – Bogotá, en 24 heures, sans compter les escales techniques, une fois par semaine. 5 mois plus tard c'est un Super Constellation, plus rapide, qui réduisait le trajet à 22 heures. En 1955 Air France ajoute un deuxième vol hebdomadaire et en 1958, y ajoute une liaison avec l'Equateur et le Pérou

En 1960 c'est l'arrivée du Boeing 707. Volant à  900 Km/h, le trajet est réduit à 16heures 40 pour le trajet Paris Lima. En 1977 arrivée du Jumbo  Boeing 747 et en 1994 l'Airbus A340. En 1996  Caracas y Bogotá ont des lignes indépendantes. Air France opère actuellement un vol quotidien vers Bogotá et Caracas, en Airbus A340.

Pour remercier la Colombie de cette préférence au cours des 60 années, Air France organise une série de manifestations au cours de l'année 2013, en privilégiant le soutien à des causes sociales et des événements culturels

La Colombie est le siège de la  Delegación Regional de Air France y KLM para los países andinos y Centroamérica. En ce qui concerne la Colombie, la ligne a un coefficient de remplissage de 89%, transportant chaque jour 500 passagers dans l'un et l'autre sens.

source CNN : GONZALO ESGUERRA P.
Gracias AeroTendencias
Info Air France
11 janvier 1953 par Air France

Curtiss Jenny JN4-D

 
Gracias ModoCharlie

mardi 9 avril 2013

Décollage


V1... Rotate...
A baby humpback whale breaches out of the water 
in the Pacific Ocean off the coast of Ha'apai Islands, Tonga

lundi 8 avril 2013

200 ballons pour un hôpital pour enfants

Matt Silver-Vallance
suspendu à une grappe de 200 ballons gonflés à l'hélium
en vue d'obtenir des fonds pour la construction d'un hôpital pour enfants à Johannesburg, en Afrique du Sud 

samedi 6 avril 2013

70 printemps pour le Petit Prince


Le livre culte d'Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, célèbre cette année ses 70 ans. Publié le 6 avril 1943 aux États-Unis, il est devenu l'un des livres les plus vendus au monde.

Antoine de Saint-Exupéry, auteur et aviateur français, a écrit Le Petit Prince alors qu'il était en exil aux États-Unis, après l'armistice du 22 juin 1940. Selon une version des faits, le cinéaste René Clair, qui rendait visite à l'auteur, lui aurait offert une boîte d'aquarelles, ce qui aurait permis à Saint-Exupéry de commencer à illustrer ce conte qu'il avait toujours voulu écrire. Selon une autre version, l'éditeur américain Eugene Reynal, voyant le dessin d'un jeune garçon chez l'auteur, lui aurait proposé d'écrire un conte.
Toujours est-il que Saint-Exupéry s'est mis à l'écriture et à l'illustration de son livre dans un manoir de Long Island, où il habitait avec sa femme. Le livre a été publié en 1943, en français et en anglais, au moment où Saint-Exupéry est parti en Afrique du Nord rejoindre les Forces françaises libres. Il est mort l'année suivante aux commandes de son avion.
Le Petit Prince en 5 chiffres
104 pages
Vendu à 145 millions d'exemplaires
Traduit dans plus de 260 langues
400 produits dérivés sous licence
1300 éditions

les costumes de la nasa


 source

courir sur la piste : JFK Runway Run

Pour faire une bonne action et avoir le plaisir de courir 
sur une des pistes de l'aéroport JFK de New York
le JFK Runway Run,
  c'est pour vous, le dimanche 14 avril 2013.
La première course a eu lieu en 1972, au départ de l'hotel Ramada Plaza JFK.En 2000, il a été décidé de la limiter à une course dans l'enceinte de l'aéroport et en 2002, la distance a été revue à 5K (5000 pieds) sur la piste principale, longue de 14 000 pieds, qui est fermée au trafic à cette occasion.